Cancer colorectal : un nouvel essai clinique pour Transgene

Transgene, société de biotechnologie spécialisée dans la conception et le développement de produits d’immunothérapies et membre du Pôle, reçoit l’autorisation de conduire un essai clinique de TG6002 au Royaume-Uni.

Le cancer colorectal est considéré comme le 2ème cancer le plus souvent diagnostiqué en Europe et est l’une des principales causes de décès dans le monde. Au cours des dernières années, la survie globale des patients s’est améliorée d’approximativement 30 mois.

Focus sur cet essai clinique

Cet essai de Phase 1/2a servira à évaluer la sécurité, la pharmacocinétique et l’efficacité de doses répétées et croissantes de TG6002. Il s’agit d’un Vaccinia virus modifié qui a été conçu pour induire la destruction des cellules cancéreuses (oncolyse) afin de permettre la production, directement dans la tumeur, de 5-FU (flucytosine). Le TG6002 sera injecté par voie intra-artérielle hépatique utilisé en combinaison avec du 5-FC, qui lui sera administré par voie orale. Le Dr Adel Samson, oncologue médical au St James University Hospital de Leeds, en est l’investigateur principal.

Le démarrage de l’étude devrait débuter au 4ème trimestre de 2019 et pourrait comporter jusqu’à 75 patients. En effet, la société Transgene a reçu l’autorisation de l’autorité de santé britannique, la Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency (MHRA) de conduire cet essai clinique de Phase 1/2a sur le TG6002. Celui-ci sera administré à des patients atteints d’un cancer colorectal (CCR) avec des métastases au foie qui sont non-opérables. A cela s’ajoute le fait que le 5-FC est un précurseur non cytotoxique qui peut être converti en 5-FU.

Une nouvelle option thérapeutique pour les tumeurs solides récurrentes

Ce virus oncolytique TG6002 de nouvelle génération a divers mécanismes d’action. Comme explicité en début d’article, ce virus a été conçu pour induire la destruction des cellules cancéreuses (oncolyse) mais également pour permettre la production, directement dans la tumeur, de 5-FU. A cela s’ajoute le fait qu’une réponse immunitaire contre les cellules tumorales est un autre effet attendu.

Le TG6002 a démontré en préclinique une capacité à inférer une réponse au sein de la tumeur primaire mais aussi sur les métastases en engendrant une mort cellulaire immunogène.

" [...] En administrant TG6002 via l’artère hépatique, Transgene propose une option thérapeutique supplémentaire pour ces patients difficiles à traiter. [...]" a déclaré le Dr Maud Brandely, PhD, Directeur, Développement Clinique, Opérations Cliniques & Affaires Réglementaires de Transgene.